top of page
  • Photo du rédacteureelv41

Finissons-en avec les pratiques toxiques, pour nos sols, notre santé et notre démocratie

Une très intéressante étude (Sandocal-Insausti, 2022) réalisée par l’université de Harvard montre que l’effet bénéfique des fruits et légumes sur la santé est annulé ou se transforme en effet négatif lorsqu’ils sont pollués par des résidus de pesticides. Ces torts, documentés, sont connus depuis de nombreuses années mais quelques irréductibles s’enferment dans un déni qui continue de nous affecter collectivement. Sur le Blaisois, le visage de ce déni est notre nouveau ministre de l’agriculture, dont la cheffe de cabinet vient justement de rejoindre le lobby des pesticides, persécuteurs déterminés de ce qu’il reste de biodiversité. Au-delà de l’inaction climatique désormais établie du premier quinquennat Macron, cette séquence est aussi emblématique de la porosité toujours plus grande entre secteurs public et privé, et pose encore une fois la question des risques qu’elle charrie : conflits d’intérêts, monnayage de la connaissance des rouages et des pratiques administratives.


2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page