top of page
  • Photo du rédacteureelv41

La République écologique ou le désir commun de partage et de modération

Le gouvernement n’a pas suffisamment écouté hier les alertes scientifiques encourageant à la modération de nos modes de vie. Celui-là même qui moqua le mot sobriété, tourna en dérision les lanceurs d’alertes en les qualifiant d’« Amish » se retrouve au pied du mur et improvise une sobriété forcée et inéquitable. Ce n’est pas à ceux qui gagnent peu d’avoir encore moins pendant que ceux qui ont l’argent pourront continuer de vivre sans se préoccuper du futur. La sobriété que nous proposons est celle du partage et non de la privation. Ainsi, nous appelons à mettre en place des tarifs progressifs de l’eau, de l’énergie et une sécurité sociale de l’alimentation. Pour que chacun ait accès au minimum vital ; que ceux qui consomment peu paient moins et que ceux qui consomment exagérément paient plus. Nous ne sommes jamais autant républicains que lorsque nous réaffirmons la liberté dans un cadre d’égalité et de fraternité, dans un partage équitable du commun.


2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page